Pourquoi c’est bon de chanter?

Que ce soit dans une chorale ou dans un karaoké, que ce soit dans votre salle de bain ou dans votre voiture, que ce soit en solitaire, en couple, en famille ou en groupe, que ce soit avec un professeur, un chef de chœur ou en autodidacte, voici bien une activité simple, peu onéreuse, transportable qui présentent de plantureux bénéfices pour le corps, le cœur et l’esprit : le chant !
Les vertus du chant sont pléthoriques et d’emblée, je me vois dans l’obligation de renoncer à vous en dresser une liste exhaustive et même en tentant de vous en décrire les principaux effets positifs, je vais encore en omettre.

Chantez ! C’est le meilleur conseil qui puisse vous être donné. Chantez tout de suite ! Devenez cigale, là, aujourd’hui, maintenant.

Oui, j’entends déjà les réticences de certaines et de certains : « je chante faux ». Bon, d’abord on ne vous propose pas de « ténoriser » ou de « sopraniser » sur la prestigieuse scène de La Scala. Enfin, pas ce soir. Vos débuts peuvent être modestes et limités à la sphère privée, qu’il s’en plaigne ou pas !

Vous choisissez quelques titres de votre chanteuse préférée ou de votre chanteur préféré et vous vous lancez. C’est aussi simple que ça.

« Mais, quand j’étais petit, l’instituteur avait créé une chorale et moi il ne me faisait pas chanter parce que je chantais faux ». Le brave homme n’a pas pris le temps de vous faire entendre les notes une par une. De vous les faire entendre puis reproduire. Une par une. Oui, ça prend du temps. Mais, là, on s’en moque de chanter faux. Il faut chanter !

Si vous êtes perfectionniste, vous trouverez près de chez vous des cours de chant, des chorales (voici bien une activité en essor perpétuel), vous peaufinerez ainsi votre voix. Les cas de chanteurs « faux chroniques » sont rarissimes. Et n’évoquez pas votre grand âge, si tant est que cette valeur soit réellement mesurable, les vocations tardives sont légion.

Et quand je parle de vocations tardives, je pense à ce monsieur qui se dirigeait vers la soixantaine lorsqu’il a entamé des cours de chant. Ses dons avaient été enfouis sous une bonne couche de timidité. Quelle ne fut pas la surprise de ses proches, et de lui-même, lorsqu’il se retrouva seul en scène avec un pianiste, un public face à lui, et un troisième rappel !

L’être humain est un redécouvreur de génie. Les premières femmes et les premiers hommes utilisaient déjà le chant pour apaiser les tensions sociales, personnelles et sexuelles. Des siècles plus tard, c’est-à-dire au début du XXe, naissait, aux États-Unis, la musicothérapie, avec un objectif psychiatrique. Elle fut aussi utilisée pour soulager les blessés de la boucherie que constitua la Première Guerre mondiale.

Aujourd’hui, la musicothérapie est devenue une science, une vraie, validée par des études et des diplômes universitaires. Non seulement les patients traités par la musicothérapie peuvent être « actifs », mais ils peuvent aussi être « passifs » (voir « Pourquoi c’est bon d’écouter de la musique ? » sur notre site).

Mais, là, nous passons à l’action puisque je vais bientôt vous entendre chanter jusqu’ici.

Les effets les plus évidents sont la détente, l’évasion de l’esprit, le lâcher-prise, l’expression et le contrôle des émotions. Mais la voix a ceci de particulier, c’est qu’elle est l’instrument de musique le plus profond. La pratique du chant, même pour soi-même, permet de s’affirmer. Parce que si on vous a dit que vous chantiez faux, j’ai une bonne nouvelle : vous ne chantez pas faux pour vous-même. Vous chantez faux pour les autres. Et je vous rappelle que ça se « soigne » !

Sur le plan physique, les bienfaits sont également innombrables. Je vous propose un carré d’as, mais le jeu fait bien plus que cinquante-deux cartes !

Le chant est une technique de musculation douce. Naturellement, votre corps doit se configurer, inconsciemment, dans une certaine posture pour chanter. De la nuque aux jambes, en passant par les bras et les dorsaux, un tas de fibres musculaires sont au travail. Elles s’en trouvent tonifiées.

Chanter vaut une séance de yoga au niveau respiratoire. Votre inspiration trouve sa source dans votre ventre et remonte jusqu’à vos clavicules. Votre thorax se vide et le son glisse au travers de vos deux cordes vocales en surfant sur votre souffle. C’est tout votre système respiratoire qui est mis en mouvement, difficile de faire mieux pour oxygéner profondément, mais en douceur, tout votre organisme.

L’expression par le chant est aussi idéale pour maintenir votre visage en forme. Une sorte de lifting. Pour chanter, il faut copieusement articuler et les mouvements qui vont en découler vont faire bouger les muscles de votre visage avec les conséquences que vous pouvez imaginer.

Un autre aspect bénéfique est celui d’un massage corporel vibratoire. Les vibrations de votre voix, de vos cordes vocales, de votre squelette, vont se propager dans tout votre corps, au niveau de la colonne vertébrale, mais aussi dans votre cerveau.

Il faut que je m’arrête là, mais vous faites partie maintenant des convaincus.

Et, bien entendu, si vous vous dandinez en chantant, c’est encore mieux. Et suivez donc le bon conseil de la fourmi de la fable : « Vous chantiez, j’en suis fort aise, eh bien, dansez, maintenant ! »

Filez sur internet, cherchez la chorale la plus proche de chez vous, allez écouter un concert pour vous conforter dans votre désir et lancez-vous. L’exercice du chant en chorale est aussi un heureux moyen de faire des rencontres et pour faire en même temps de la musicothérapie active et passive. Des chercheurs ont d’ailleurs observé que les chanteurs d’une chorale voyaient leur rythme cardiaque se mettre, eux aussi, à l’unisson.

Mes bonnes amies, mes bons amis, je dois déjà vous quitter et je ne vous ai pas tout dit.

Mais vous allez faire l’expérience pas plus tard que tout de suite, pour vous-même, pour le plaisir, sans forcer sur votre voix. Tout peut servir : le dernier tube à la mode ou une chanson de votre enfance. « La la laaaaa », c’est tellement bon, de chanter !

LuDivine