Pourquoi c’est bon de prendre un bain de pieds?

Je vous propose de fouiller au plus profond de nous. Je vous rassure, la visite de vos viscères est remise à un billet ultérieur, mais nous y viendrons, forcément.
Non, les profondeurs que je vous invite à explorer, ce sont vos pieds.

Vous vous souvenez d’eux ? Loin des yeux, loin du cœur, dit-on. Les pieds, ils sont loin de nos pensées, c’est encore pire. Ce sont les îles  Kerguelen vues depuis Saint-Pierre-et-Miquelon. Relégués aux oubliettes de nos châteaux forts personnels !

Pourtant, tout part de là : de nos pieds ! De nos racines, de notre base, de notre enrochement à la terre. Nous avons la chance que nos racines, contrairement à celles de nos amis les végétaux, nous permettent de nous mouvoir. Pourtant, ils sont, pour nous aussi, notre contact avec la Terre, avec les forces telluriques qui s’en dégagent.

Ce n’est pas un hasard si le travail sur la voix effectué par les  comédiens et les chanteurs repose sur l’énergie captée dans le sol et qui influe sur l’émission des sons au niveau du diaphragme. Mais cette énergie peut remonter bien plus haut, jusqu’au sommet de votre boîte crânienne.

Tentez l’expérience un jour de vous placer pieds nus sur une surface la plus proche possible de la Terre. L’idéal étant la terre nue elle-même, à la campagne, par exemple. Une plage ou un jardinet feront l’affaire. Prenez le temps de ressentir, immobile, toute cette puissance dégagée au travers de vos pieds.

Mais nos pauvres pieds, qu’est-ce que nous pouvons les négliger, les martyriser !

Blessés dans des souliers plus élégants que confortables, plus inconsistants qu’efficaces. Prisonniers de notre civilisation qui nous empêche d’enlever nos chaussures, parce que ça ne se fait pas. Peut-être aussi au motif que nous avons honte d’eux, de leur aspect, de leur couleur, de leur… odeur.

Nos braves pieds, qui nous supportent, qui nous transportent, qui nous assistent dans tant d’activités de la vie courante sans jamais réclamer leur dû. Ils nous servent à circuler en voiture, à rouler à vélo, à jouer au ballon, à ouvrir la poubelle… et parfois même à passer notre rage… accessoirement à marcher, à découvrir la nature, à vérifier la température de notre bain, à faire du shopping.

Oui, bien sûr, nos chaussures ont pour but de les protéger parce que nous connaissons l’indicible douleur provoquée par le heurt d’un petit orteil contre un pied de meuble, mais c’est plus pour nous que pour eux que nous les empaquetons de la sorte.

Pourquoi en sommes-nous arrivés là ? Alors que, dans l’histoire, ces pieds ont été vénérés depuis les Égyptiens. À travers les Écritures saintes, de différents cultes, le lavement des pieds est considéré, encore aujourd’hui, comme un acte d’amour.

Et si nous apprenions à les aimer, nos pieds. Ils nous le rendront bien !

D’abord, je vous propose de prendre un minimum de risques, en commençant par nos propres pieds, si vous me permettez l’expression. Voici une recette toute simple. Et si je vous parle de recette, c’est parce que les ingrédients se trouvent déjà dans votre cuisine, donc, en plus, ce n’est pas cher ! Un bonheur démocratique…   Vous prenez une bassine d’eau tiède, le but n’est pas de transformer vos pieds en homards. Vous y ajoutez une poignée de sel marin, autant se relaxer un peu, vous versez deux petites tasses de vinaigre de cidre bio, pour vous détendre la peau.

Avant de renvoyer vos petons en cabane dans des méchantes chaussures, offrez-leur un moment de grâce. Une fois sortis du bain, séchez-les doucement et soigneusement puis massez-les délicatement avec de l’huile d’argan ou une crème à base d’aloe vera. N’hésitez pas à « démonter » votre pied. Profitez de l’instant pour scruter leurs structures, insistez bien sur les creux, détournez les bosses, pensez aux articulations, rendez visite à tous les os, il y en a cinquante-deux (vingt-six par pied), ce qui représente un quart de tous vos os !

Seize articulations, cent et sept ligaments et vingt muscles. Il y a de quoi y passer des beaux moments de découverte, sans sortir de chez vous !

N’hésitez jamais à varier les plaisirs, ça vous donnera envie de les multiplier. Toujours notre gentille bassine, de l’eau chaude, des sels de bain, du bicarbonate et des huiles essentielles. Et voici un autre bon moment à vivre. Un temps de relaxation qui va faire du bien à vos pieds, mais aussi à tout votre être. L’avantage, avec cette partie du corps, c’est le nombre de terminaisons nerveuses qui s’y trouvent. Donc, le bienfait n’est pas que local. Il se diffusera dans tout votre corps. La réflexologie plantaire est reconnue depuis des lustres.   Autre aspect positif du bain de pieds, il n’est pas chronophage. Vous pouvez déguster votre bonheur pédestre en faisant autre chose, écouter de la musique, regarder un beau documentaire à la télévision, lire un livre, méditer, travailler (bon, c’est moins amusant, du coup, mais pourquoi pas) et vous pouvez même prendre votre bain de pied debout dans la salle de bain, pendant que vous vous préparez pour la journée, maquillage, ablution, rasage, chacun son trip.

Mais foin des plaisirs solitaires quand il y est tellement agréable de les partager. Pourquoi ne pas se programmer un bain de pieds en collectif, en échangeant les recettes de chacun ? Et puis ces massages, voilà un excellent moyen de se payer du bon temps en famille, entre ami(e)s… oui, en couple aussi, évidemment. C’est même la meilleure idée que vous puissiez avoir : avant, pendant et après. Madame va adorer, en redemander et succomber à d’autres tentations. Monsieur va être un  peu surpris, au début, mais il va s’y faire et devenir un adepte, du donner et du recevoir.

Prendre son pied en amour…

C’est si bon !

LuDivine